Concours chercheurs CNRS 2024 – Section 32

Concours CRCN 2024

Les informations officielles, qui seules font foi, se trouvent sur le site du CNRS.

Postes offerts au concours:

N°32/02 – 5 Chargés de recherche ou Chargées de recherche de classe normale : dont prioritairement :
– 1 chargé de recherche ou chargée de recherche de classe normale sur le thème « Architecture antique, patrimoine bâti urbain »,
– 1 chargé de recherche ou chargée de recherche de classe normale sur le thème « Langues et textes de la Méditerranée orientale et du Proche Orient ancien, 3ème – 1er millénaires avant J.-C. ».

122 personnes ont été admises à concourir.

[20 mars 2024] À l’issue du jury d’admissibilité sur dossier, qui s’est réuni du 18 au 20 mars 2024, la liste des 50 candidates et candidats auditionnés est désormais consultable sur le site de la C3N.

Une convocation sera envoyée prochainement par le Service Central des Concours aux personnes auditionnées.

Les auditions se dérouleront du 13 au 17 mai 2024, sur le site de Paris Michel-Ange (voir le calendrier sur le site du CNRS).

Les délibérations se tiendront du 27 au 31 mai 2024. Les résultats seront publiés de manière officielle sur le site du CNRS et de manière non officielle sur le site de la C3N.

[29 mai 2024 ] Les résultats du jury d’admissibilité – liste des 8 personnes classées – sont désormais consultables sur le site de la C3N.

Les résultats définitifs seront publiés de manière officielle à l’issue de la réunion du jury d’admission le 28 juin 2024.

Concours DR2 2024

Postes offerts au concours:

N°32/01 – 6 Directeurs de recherche ou Directrices de recherche de 2e classe.

25 personnes ont été admises à concourir.

Il n’y a pas d’auditions. Les délibérations se tiendront du 27 au 31 mai 2024. Les résultats seront publiés de manière officielle sur le site du CNRS et de manière non officielle sur le site de la C3N.

[31 mai 2024 ] Les résultats du jury d’admissibilité – liste des 9 personnes classées – sont désormais consultables sur le site de la C3N.

Les résultats définitifs seront publiés de manière officielle à l’issue de la réunion du jury d’admission le 9 juillet 2024.

Compte rendu de la session d’Automne 2023 de la section 32, « Mondes anciens et médiévaux » du Comité national de la recherche scientifique (CoNRS)

Établi par M. Cronier, secrétaire scientifique

La section s’est réunie du lundi 20 au mercredi 22 novembre 2023, en salle Fernand-Braudel du Comité national.

Membres présents : Alain BADIE, Emmanuèle CAIRE, Amélie CHEKROUN, Éric COIGNARD, Marie CRONIER, Sylvain DHENNIN, Aurore DIDIER, Sébastien GONDET, Alessia GUARDASOLE, Marc HEIJMANS, Marlène HELIAS-BARON, Frédéric HURLET, Frédérique LACHAUD, Sandrine LAVAUD, Sandra LIPPERT, Alice MOUTON, Nicolas POIRIER, Airton POLLINI, Vanessa PY- SARAGAGLIA, Florian TÉREYGEOL, Cécile VOYER.

Entretien avec Marie Gaille et Stéphane Bourdin

Le lundi 20 novembre, la section a reçu Marie GAILLE, directrice de l’InSHS (en présence), accompagnée de Stéphane BOURDIN, directeur adjoint scientifique en charge de la section 32. Les points suivants ont été abordés :

Concours

Frédéric Hurlet. Sait-on combien de postes seront mis au concours et quelle sera la nature des coloriages ? En CPCN, nous avons plaidé pour la prépublication des postes qui seront coloriés, sous forme d’appels anticipés avant l’ouverture des concours. En effet, on constate que les candidats pour ce type de poste sont souvent informés trop tardivement. Ce pourrait être un bon dispositif pour éviter le problème d’absence ou de faiblesse du vivier pour les postes coloriés. D’une manière générale, le nombre de postes ouverts au concours nous semble un point particulièrement préoccupant, d’autant plus que, la section étant en pleine rédaction du rapport de conjoncture 2024, nous avons rassemblé des données chiffrées stabilisées. Ce sont des éléments très clairs : la stabilité apparente du nombre de chercheurs est en fait factice et s’explique par le recul de l’âge du départ à la retraite. Mais en réalité, sur 10 années (pour les chercheuses et chercheurs nés entre 1948 et 1957), on a comptabilisé 86 départs à la retraite faits ou en cours ; et en face de cela, pour les 10 dernières années, nous avons eu 68 recrutements. Il y a donc un différentiel de 18. Et depuis 2002, on est passé de 280 chercheurs à 217 actuellement. Je sais bien qu’il y a les CID à alimenter et des arbitrages très compliqués à rendre de votre côté, mais la section est vraiment en difficulté d’un point de vue démographique.

Marie Gaille. Les prévisions pour 2024 en termes de recrutement sont tout aussi peu enthousiasmantes qu’elles l’ont été en 2023. Je ne peux pas vous livrer le nombre de postes par section, mais le volant pour les SHS est sensiblement le même que l’an dernier. Ce n’est pas satisfaisant du tout, ni pour vous ni pour nous, et cette situation dure depuis plusieurs années. Vous savez bien que la bataille des postes pérennes ne se joue pas dans cette salle. J’en suis absolument désolée et, malheureusement, je dois faire avec ce petit nombre de postes. Les départs à la retraite font partie des éléments dont on tient compte dans le dialogue avec Antoine Petit et Alain Schuhl pour la répartition des postes. Indirectement votre section bénéficie de la priorisation pour l’archéologie, même si je sais bien que la section 32 est plus riche que la seule archéologie. L’enjeu n’est pas nécessairement celui du remplacement des départs à la retraite, il y a aussi d’autres types de départ. On ne sait pas quels vont être les effets de la mise en œuvre de la loi sur les retraites. Antoine Petit, dans le contexte actuel, maintient la position selon laquelle le CNRS n’accorde pas de prolongement d’activités aux chercheurs et chercheuses.

Frédéric Hurlet. En 2021, quand la Section 32 est tombée à 5 postes au concours CRCN, nous avons voté une motion pour dire que c’était trop peu, mais, désormais, c’est une stabilité basse qui s’installe. Nous sommes inquiets. Pourquoi est-on bloqués à 5 postes ?

Marie Gaille. On a de moins en moins de postes. 15% d’entre eux sont versés aux CID, si bien qu’il reste en gros 40 postes à répartir entre les sections pour les SHS. Nous sommes coincés sur de tout petits chiffres. Je ne peux pas faire siéger une section pour un concours à 2 postes, ce serait indécent : chaque section a donc au minimum 3 postes au concours chaque année. Ainsi, la marge de manœuvre est très limitée.

Sylvain Dhennin. Bon nombre de disciplines rares sont représentées dans notre section. À ce rythme, il y a des champs disciplinaires qui ne vont plus être couverts. Cela va marquer fortement l’activité de notre section d’un point de vue épistémologique, interdisant par exemple le décentrement vers l’Asie ou l’Afrique. C’est un non-sens.

Marie Gaille. Vous avez raison d’insister. Portez aussi la voix dans d’autres arènes. Je ne décide pas du nombre de postes pérennes qui est attribué chaque année au CNRS par le ministère. Cela est en train d’être négocié en ce moment. L’archéologie est l’une des deux disciplines qu’on veut privilégier. J’entends que vous ne soyez pas satisfaits.

Frédéric Hurlet. Quid de la prépublication des postes coloriés ? Pourrait-on avoir des éléments d’informations en avance ? Ce serait important de prévenir les communautés un peu plus tôt.

Marie Gaille. J’ai appris que vous aviez eu cette discussion avec Alain Schuhl en CPCN, je n’en avais pas été informée. Je vais me renseigner et je vous ferai un retour en fin de semaine ou la semaine prochaine. Quant aux supports DR, ils vont rester sensiblement sur les mêmes volumétries. Il ne faut pas hésiter, lorsque des dossiers vous paraissent excellents, à utiliser le dispositif des DR externes, et classer en 1ère position une ou un collègue. Ainsi, l’an dernier nous avons obtenu 3 supports de DR externes, ce qui n’est pas négligeable.

Frédéric Hurlet. L’an dernier, nous avons eu des hésitations sur un dossier, qui a été proposé par le jury d’admissibilité de la section 35, mais qui finalement n’a pas été retenu par le jury d’admission. À notre avis, nous n’avions pas de dossiers qui pouvaient passer. Autre point : nous avons appris qu’on nous avait retiré l’affectation des lauréats du concours CRCN, ce qui n’est pas très important en soi, car la décision dépend de l’InSHS. En revanche, il est dommage que la section n’ait plus la possibilité de suivre pendant leur année de stage les collègues nouvellement recrutés, comme nous le faisions jusqu’à présent en désignant l’un de nos membres pour assurer le tutorat.

Marie Gaille. J’ai appris comme vous cette évolution et je comprends votre vision de choses. Nous avons appris en septembre que nous devions proposer des noms pour les tuteurs ou tutrices de stage. Je ne vois pas d’obstacle à ce que l’information soit diffusée (nous pouvons vous faire connaître les noms qu’on a proposés) (La liste des noms des tuteurs et des tutrices des stagiaires CRCN doit être communiquée à la section au début de l’année 2024). L’avantage de cette formule est que les courriers seront transmis aux stagiaires et aux tuteurs et tutrices bien plus tôt qu’auparavant, ce qui fait sens dans le contexte d’une année de stage.

Promotions

Marie Gaille. Pour ce qui concerne les promotions au grade de CRHC, j’ai constaté un abaissement du vivier très fort. Je ne sais pas exactement quel est votre vivier, mais si vous estimez que des collègues qui sont aux échelons 7 et 8 ont un bon dossier, je vous invite à les classer.

Frédéric Hurlet. C’est ce qu’on a fait l’an dernier, en classant en 2e position un collègue de l’échelon 8, qui n’a cependant pas obtenu sa promotion.

Marie Gaille. Je vous invite tout de même à recommencer, même si je ne vous garantis pas que ces personnes-là seront promues.

Nous n’avons pas de chiffres pour le nombre de possibilités de promotions en DR1, DRCE1 ou DRCE2. L’an dernier, vous aviez eu une très bonne fournée de DRCE. Continuez à classer les dossiers que vous estimez bons.

Frédéric Hurlet. Nous constatons un très fort goulot d’étranglement au niveau du passage de DR2 à DR1. Pour les promotions en DRCE1, les candidats sont vraiment en fin de carrière et il y a un vrai blocage, contrairement à ce qui se passe dans les universités.

Périmètre scientifique de la section

Marie Gaille. Antoine Petit et Alain Schuhl ont souhaité porter le sujet du périmètre des sections et des mots-clés et échanger avec le nouveau conseil scientifique du CNRS, qui se tient précisément aujourd’hui. Je compte engager un dialogue avec vous à ce sujet au printemps, en évoquant les relations avec les CID 52 et 55, mais aussi avec les sections 31 et 35. Le conseil scientifique va travailler sur ce dossier. J’ai aussi été contactée à ce sujet samedi dernier par Aurélien Robert, président de la section 35. Nous vous invitons à avoir cette discussion d’ici un an, c’est-à-dire avant la fin de votre mandat. Myriam Cottias, présidente de la section 33, nous a demandé un changement d’intitulé, à propos des mots-clés (fin du Moyen Âge ou 1500 ?) : en avez-vous discuté avec elle ?

Frédéric Hurlet. J’ai effectivement évoqué cela avec elle, mais ce n’était pas un vrai débat, c’était simplement une discussion informelle de quelques minutes et aucune décision n’a été prise à ce sujet.

Marie Gaille. Je vais vous écrire à tous les deux pour que vous en discutiez car elle nous a sollicités officiellement.

Frédéric Hurlet. À propos des « repérimétrages » des sections, j’ai eu la même information qu’Aurélien Robert au même moment, de façon indépendante. Nous sommes inquiets et nous avons fait un point d’information en section ce matin. C’est une question très sensible. On sait bien que le problème est le périmètre complexe de la section 35, et nous n’avons pas à interférer dans cela. Mais nous soulignons qu’actuellement, la section 32 est très cohérente et s’inscrit dans l’histoire avec des problématiques actuelles, de façon pluridisciplinaire. L’idée de transférer des parties de la section 32 vers d’autres domaines de la 35 nous semble dangereuse car elle remettrait en question notre cohérence entre historiens des textes, archéologues, historiens, archéomètres etc. Cela nous inquiète d’autant plus que nous avions parlé des sciences de l’Antiquité : si on n’a plus de philologues dans la section, les sciences de l’Antiquité n’auraient plus aucun sens. La philologie qu’on fait en 32 n’est pas la même que celle qu’on fait en 35. Nous avons une cohérence, cela fonctionne bien, les philologues ont totalement leur place ici en 32. On est très opposés à cette idée-là en tant que section.

Marie Gaille. Ce que je vous propose est qu’on s’expose nos hypothèses calmement. Il faut un vrai moment de discussion. La philologie est un point central. Il n’y a pas que la 32-35. Il y a aussi 32-31, la CID 52, etc. Il faut qu’on affine ce qui est très spécifique en 32 ou en 35 sur la philologie. Je suis prête à tout entendre. En session de printemps, on s’organisera pour mettre cela sur pied. Peut-être pourrons-nous constituer un groupe de travail.

Stéphane Bourdin. Il y a deux logiques qui s’opposent, entre d’une part des sections disciplinaires et d’autre part des sections pluridisciplinaires couvrant une seule période historique. Il n’existe pas de découpage parfait. Il faut qu’on trouve la meilleure formule.

Marie Gaille. Les collègues de la section 31 nous ont sollicités sur la question de la prospective en archéologie, en nous demandant si nous comptions préparer quelque chose. Si vous avez une appétence ou une réflexion spécifique autour de l’archéologie, sachez que nous pouvons accompagner des réunions de travail sur tel ou tel aspect que vous souhaiteriez approfondir.

Rapport de conjoncture

Frédéric Hurlet. Nous avons bien avancé dans la rédaction du rapport de conjoncture 2024, même si nous sommes loin d’avoir fini. Nous avons perdu beaucoup de temps pour obtenir des données stabilisées, notamment pour les données stabilisées, par exemple pour les laboratoires.

Marie Gaille. À qui avez-vous demandé ces données ?

Sandrine Lavaud. Émilie Chabourine, notre assistante du Comité national, nous a fourni un fichier Excel, qui s’est révélé très difficile à manipuler. En croisant ces données avec celles que l’on trouve sur l’annuaire du CNRS, on constate des différentiels très importants : cela pose problème sur la fiabilité de nos données.

Marie Gaille. Il faut se simplifier la vie s’il en est encore temps ! Je ne peux pas vous communiquer de données nominales, mais pour le reste nous pouvons vous faire une extraction la plus à jour, très rapidement. Il ne faut pas passer par le SGCN. Envoyez-nous un email, à Stéphane Bourdin et à moi-même.

Frédéric Hurlet. On est vraiment demandeurs : merci !

Sébastien Gondet. Nous avons été confrontés à l’impossibilité d’avoir accès aux données de RIBAC, pour savoir par exemple qui travaille sur quoi, par exemple pour les disciplines rares en danger ou les disciplines rares émergentes. On n’a pas non plus accès aux demandes Dialog. C’est vraiment dommage.

Marie Gaille. Les demandes Dialog sont confidentielles et ne vous renseigneraient pas beaucoup car elles correspondent à des profils de recherche très ciblés. Pour ce qui concerne RIBAC, la présidente de la section 33, Myriam Cottias, et le président de la section 40, Fabien Jobard, ont demandé des éléments à Michèle Dassa, qui a consacré du temps à leur répondre. La notion de discipline rare a été travaillée surtout par le ministère de la recherche : c’est peut- être vers lui qu’il faudrait se tourner.

Chaires de professeurs juniors

Marie Gaille. Pour la prochaine campagne (2024), le CNRS a déposé ses propositions le 31 octobre 2023. Cette année, les SHS ont obtenu 5 possibilités en propre, à quoi s’ajoutent les possibilités de travailler en inter-instituts. Cette année nous avons positionné une chaire sur chacune de ces thématiques : (1) « Patrimoine culturel immatériel et environnement » ; (2) « Données de santé et SHS » ; (3) « Acteurs non étatiques, régulations, transformations sociales » ; (4) « Transition énergétique » ; (5) « Connaissance de la Chine contemporaine » ; et en inter-institut « Cognitions comparées » et « Transition environnementale » avec 2 instituts.

Pour l’année prochaine, il s’agirait de réfléchir à des questions telles que le patrimoine durable et l’archéologie. On pourrait échanger avec vous sur ces points.

Si ces propositions sont actées (on attend la réponse du ministère), je vous ferai un courrier pour vous inviter au jury. Une section a demandé à participer à la définition des profils : ma réponse est oui, mais il faut le faire très tôt, avant l’été.

Amélie Chekroun. Avez-vous du nouveau sur la titularisation ?

Marie Gaille. Non, mais ça devrait arriver sans tarder, car les premières « fournées » de CPJ avaient pour certaines des contrats de trois ans. Je sais que vous allez discuter de cela en CPCN.

Frédéric Hurlet. Nous rejetons le principe des CPJ, mais nous voudrions être associés au processus de titularisation.

Amélie Chekroun. Pouvez-vous nous faire connaître les résultats de cette année ?

Marie Gaille. Pour « Arvigraph. Expression visuelle et arts graphiques », nous avons reçu une quarantaine de candidatures et c’est Florian Métral qui a été recruté, avec une affectation au Centre André-Chastel. Nina Sahraoui a été lauréate en sciences politiques sur la chaire « APOP. Actions et politiques publique ». Pour la chaire « Mesures dans le temps long des inégalités éducatives » c’est Estelle Herbaut, qui va au centre Max Weber. On assure le suivi de ces lauréats.

Agences de programme

Alain Badie. Lors de la réunion des DU, vous avez parlé de la création d’agences. Pouvez-vous développer ce point ?

Marie Gaille. Avant l’été, le ministère a demandé à différents organismes de recherche de faire des propositions sur des agences de programme : missions, thématiques. Toute une gamme de propositions ont été faites. Les agences n’auront pas de financement de programmation de la recherche, mais seulement de fonctionnement. Chaque organisme était invité à créer une agence. Antoine Petit a souhaité en proposer une seule avec un pilotage CNRS, « Climat, biodiversité, développement durable » : soumise au ministère, cette proposition a été a priori acceptée. Il devrait y avoir en tout 7 agences. Pour les SHS, l’Alliance Athéna ne devient pas l’agence des SHS et elle n’a pas été supprimée. Il n’est pas prévu qu’il y ait une agence SHS en particulier, ce qui est une bonne chose car l’Alliance Athéna, dans son format actuel, n’aurait pas eu la force de frappe nécessaire. Voilà ce qu’on peut dire pour l’instant en attendant les déclarations officielles.

Entraves à la recherche

Sébastien Gondet. Je voulais évoquer les difficultés administratives, ce qui est particulièrement flagrant pour les jeunes chercheurs. Plusieurs ont dû annuler des missions, alors qu’ils avaient des crédits. C’est bien que les jeunes chercheurs aient des financements, mais ils sont liés à des contraintes administratives trop rigides, ce qui est assez décourageant. Ces jeunes collègues peinent à trouver des interlocuteurs qui leur apportent des solutions.

Marie Gaille. Ce n’est pas la première fois que j’entends ces difficultés remonter. Le CNRS est soumis aux règles de la comptabilité publique, comme toutes les autres administrations. Quand c’est un obstacle réglementaire, on ne peut rien faire. Mais certaines administrations publiques à l’étranger arrivent à faire des dépenses que nous n’arrivons pas à faire et cela m’intrigue.

Aurore Didier. Cela veut dire qu’on peut faire remonter des problèmes de ce type à l’Institut ?

Marie Gaille. Bien sûr, mais je ne peux rien y faire. Concernant l’actuel problème des missions, je préconise de décaler une mission et, par exemple, faire des recherches dans des archives et sur des sources documentaires plutôt que de perdre un temps de fou à essayer de les mettre en place. Je n’ai pas de baguette magique. Je vous encourage à la sérénité et à la paix.

Activités de la Section

Propositions de la Section 32 pour les médailles de bronze et d’argent

Pour la médaille de bronze, la section a proposé Naïm VANTHIEGHEM, CRCN rattaché à l’IRHT (UPR 841) à Aubervilliers.

Pour la médaille d’argent, la section a proposé Emmanuelle ROSSO, professeure à Sorbonne Université, membre de l’unité de recherche « Rome et ses renaissances » (UR 4081) à Paris, et Arnaud SUSPÈNE, professeur à l’Université d’Orléans, membre du laboratoire IRAMAT (UMR 7065) à Orléans.

Promotions

La section signale qu’au moment où elle établit son classement, le nombre de possibilités de promotion n’est pas connu. L’arbitrage est effectué en mars de l’année suivante par la direction du CNRS.

Promotions CRCN vers CRHC

Il faut rappeler en préambule que d’après les indications données par la direction du CNRS, cette promotion s’adresse d’abord aux chercheurs CRCN qui sont aux 9e et 10e échelons. La section incite tous les collègues qui sont dans cette situation à déposer leur candidature. Il faut en outre préciser qu’une telle promotion ne pénalise en aucune manière les chercheurs CRCN qui seraient désireux par la suite de passer le concours DR2.

Il y avait 9 candidatures.

1re – Frédérique BERTONCELLO (CEPAM, UMR 7264)

2e – Jean-Yves STRASSER (ANHIMA, UMR 8210)

3e – Jérémie SCHIETTECATTE EMERY (O&M, UMR 8167)

4e ex-aequo – Alcorac ALONSO DÉNIZ (HISOMA, UMR 5189)

4e ex-aequo – Emmanuelle CHUREAU VAGNON (LAMOP, UMR 8589) 4e ex-aequo – Anca DAN (AOROC, UMR 8546)

4e ex-aequo – Dan DANA (HISOMA, UMR 5189)

4e ex-aequo – Aline TENU (ArScAn, UMR 7041)

Pour rappel : en mars 2023 (candidatures examinées à l’automne 2022), 2 promotions CRHC ont été obtenues.

Promotions CRHC vers HEB

Il y avait 3 candidatures.

1er – Frédéric GUIBAL (IMBE, UMR 7263)

2e ex-aequo – Jean-François CARLOTTI (HALMA, UMR 8164) 2e ex-aequo – Jean-François GOUDESENNE (IRHT, UPR 841)

Pour rappel : en mars 2023 (candidatures examinées à l’automne 2022), 2 promotions HEB ont été obtenues.

Promotions DR2 vers DR1

Il y avait 8 candidatures.

1re – Marie-Pierre RUAS (AASPE, UMR 7209) 2e – Sabine FOURRIER (HISOMA, UMR 5189)

3e – Sylvia NIETO-PELLETIER (IRAMAT, UMR 7065)

4e – Anne SCHMITT (ARAR, UMR 5138)

5e – Corine CASTEL (ARCHÉORIENT, UMR 5133)

6e – Nele CHARPIN ZIEGLER (PROCLAC, UMR 7192)

Pour rappel : en mars 2023 (candidatures examinées à l’automne 2022), 3 promotions DR1 ont été obtenues.

Promotions DR1 vers DRCE1

Il y avait 9 candidatures.

1er – Jean-Charles MORETTI (IRAA, UAR 3155)

2e – Pierre MORET (TRACES, UMR 5608)

3e – Marie-Dominique NENNA (CEALEX, UAR 3134) 4e – Christophe Thiers (ASM, UMR 5140)

Pour rappel : en mars 2023 (candidatures examinées à l’automne 2022), 2 promotions DRCE1 ont été obtenues.

Promotions DRCE1 vers DRCE 2

Il y avait une candidature.

1re – Anne BOUD’HORS GAREL (IRHT, UPR 841)

Pour rappel : en mars 2023 (candidatures examinées à l’automne 2022), 1 promotion DRCE2 a été obtenue.

Titularisations

Avis favorables pour Chloé CAPEL (O&M, UMR 8167), Hernán GONZÁLEZ BORDAS (AUSONIUS, UMR 5607), Ariane PINCHE (CIHAM, UMR 5648), Antonio RICCIARDETTO (HISOMA, UMR 5189) et Sarah VILAIN (ArScAn, UMR 7041).

Éméritats des directrices et directeurs de recherche (1re demande) Avis favorable : Ivana SAVALLI-LESTRADE (ANHIMA, UMR 8210) Éméritats des directrices et directeurs de recherche (renouvellement) Avis très favorable : Bertrand LAFONT RAPNOUIL (ArScAn, UMR 7041)

Avis favorables : Henri-Paul FRANCFORT (ArScAn, UMR 7041) ; Pierre ROUILLARD (ArScAn, UMR 7041).

Changements de direction d’unité

Avis très favorables :

  • à la nomination d’Hervé MARCHAL en tant que directeur, Henri GARRIC en tant que directeur adjoint et Stéphanie GRAYOT-DIRX en tant que directrice adjointe de la MSH Dijon (UAR 3516) pour le mandat 2024-2028 ;
  • à la nomination d’Elsa ORÉAL comme directrice adjointe de l’UMR 8546 (AOROC) ;
  • à la nomination d’Alessia GUARDASOLE comme directrice de l’UMR 8167 (O&M), à compter du 1er janvier 2024, à l’issue de son intérim.
  • à la nomination de Corinne SANCHEZ comme directrice adjointe de l’UMR 5140 (ASM) à compter du 1er janvier 2024, à l’issue de son intérim ;
  • à la nomination de Daniel ISTRIA comme directeur adjoint de l’UMR 7298 (LA3M) à compter du janvier 2024, à l’issue de son intérim ;
  • à la nomination de Cyril ISNART en qualité de DU de l’UAR 3125 (MMSH).

Évaluation d’écoles thématiques

  • avis très favorable pour : NEOLATINLYON, portée par Smaranda MARCULESCU (IHRIM, UMR 5317) et PLURIBOIS, portée par Élodie MAGNANOU (BIOM, UMR 7232) ;
  • avis réservé pour : THEMTECH, portée par Liliane HILAIRE-PÉREZ (CAK, UMR 8560).

Création d’unité internationale ou de service

  • avis réservé pour la structure fédérative « Sciences analytiques pour le Patrimoine-FR Spa », portée par Maguy JABER (LAMS, UMR 8220).

Examen des candidatures à la composante C3 du RIPEC

La section 32 du Comité national de la recherche scientifique a choisi de participer au processus d’attribution en 2024.

Préparation des concours 2024

La section 32 du Comité national de la recherche scientifique a choisi de ne pas auditionner les candidats au concours de directeur de recherche 2e classe 2024 et de ne pas faire appel à des experts.

Annales du concours CNRS 2023 – Section 32 “Mondes anciens et médiévaux” du CoNRS

Préambule : rappels sur les concours CRCN et DR du CNRS

L’objectif de ces annales est d’informer les candidats et les candidates ainsi que les unités de recherche sur les résultats des concours CR et DR 2023 de la section 32 du CoNRS, et de permettre ainsi une auto-évaluation pour une meilleure préparation de futures candidatures. Il s’agit de faire mieux comprendre les critères d’évaluation de la section lors des différentes étapes du concours, dans la limite de ce qu’il est légalement possible de diffuser en termes d’information.

Le périmètre de la section 32 et ses mots clés sont les suivants : « Mondes anciens et médiévaux : archéologie, archéométrie, histoire, philologie, histoire des arts. Europe, Afrique, Asie, de la protohistoire à la fin du Moyen Âge ». La section 32 a vocation à accueillir des chercheuses et des chercheurs travaillant sur l’histoire des sociétés avec écriture et des sociétés sans écriture, mais qui ont été en contact avec les premières, depuis la Protohistoire jusqu’à la fin du Moyen Âge. Les programmes de recherche peuvent concerner l’ensemble des sources produites par ces sociétés et toutes les approches envisageables pour les analyser. La section encourage les personnes candidates et les membres des laboratoires à consulter ses critères d’évaluation, qui sont susceptibles d’évoluer :

https://www.cnrs.fr/comitenational/evaluation/criteresdevaluation/PDF/32_criteres_2018.pdf.

Les concours de chargé ou chargée de recherche classe normale (CRCN) et de directeur ou directrice de recherche (DR) se déroulent en quatre phases. La première est celle de l’admission à concourir : il s’agit pour le service général des concours du CNRS de vérifier l’éligibilité des dossiers. La seconde et la troisième étape sont conduites par les membres de la section 32 réunis en jury d’admissibilité. Celui-ci est composé de 18 membres (chercheurs et chercheuses du CNRS, enseignants-chercheurs et enseignantes-chercheuses des universités) couvrant l’ensemble des disciplines et des bornes géographiques et chronologiques de la section. Pour le concours CRCN, le jury procède d’abord à une présélection sur dossier des personnes candidates qui seront admises à poursuivre et à passer une audition devant la section. À l’issue des auditions (pour les CRCN) puis des délibérations, une proposition de classement de candidats et candidates admissibles est communiquée au jury d’admission. Ce dernier est composé par l’InSHS du CNRS. Il est indépendant des sections et décide des résultats finaux du concours.

Lors des phases de sélection des candidatures, la section évalue les dossiers sur des critères de qualité scientifique (voir plus bas « Recommandations »). Elle s’attache à produire une évaluation qualitative, tenant compte de la diversité et de la spécificité des champs disciplinaires, ainsi que du parcours et de l’activité scientifique des personnes candidates. Les membres de la section veillent au respect des équilibres disciplinaires et de la parité ainsi qu’au maintien de disciplines rares et de domaines fragilisés par les départs à la retraite, tout en favorisant l’émergence de nouvelles thématiques.

Pour les concours CRCN, entre un tiers et la moitié des postes sont dits « coloriés » ou « définis de manière prioritaire » : les recrutements s’effectuent dans ce cas sur des profils définis par l’InSHS et affichés sur la page internet des concours chercheuses chercheurs CNRS : https://www.cnrs.fr/fr/concours-ch. Le jury d’admissibilité évalue ensuite, au cours des différentes phases de délibérations, quel(le)s sont les candidat(e)s dont les dossiers correspondent aux profils définis.

La liste et les coordonnées des membres de la section 32 sont consultables à l’adresse suivante : https://www.cnrs.fr/comitenational/contact/annuaire.php?inst=32. Les candidat(e)s peuvent les contacter entre la fin du concours, qui correspond à la date de prise de poste des lauréats du concours précédent (le 1er octobre de chaque année) et l’ouverture du concours pour l’année suivante (généralement aux alentours de début décembre, date repoussée à début janvier pour le concours 2024). Au cours de cette période, les personnes candidates ont la possibilité de prendre contact avec le président du jury et les membres de la section les plus proches de leurs préoccupations scientifiques. Les membres du jury contactés ne peuvent pas divulguer le détail des délibérations. En dehors de cette période, les membres de la section n’ont pas le droit de communiquer avec les candidats au sujet du concours.

Bilan du concours CRCN 2023

En 2023, 5 postes CRCN ont été mis au concours, dont 2 coloriés sur les thèmes suivants : « Images et cultures visuelles dans l’Europe médiévale » et « Les sociétés antiques et médiévales face aux variations climatiques et aux changements environnementaux ».

Éléments de bilan depuis 2018

Les annales du concours 2022 (https://section32.hypotheses.org/40) présentent un bilan complet des concours depuis 2018. Ne seront repris ici que quelques éléments statistiques mis à jour en intégrant les données de l’année 2023.

La section 32 du CoNRS connaît depuis 2018 une diminution tendancielle du nombre de postes CRCN mis au concours (8 postes en 2018 contre 5 en 2023). On constatera une stabilité du nombre de postes (5) mis au concours entre 2022 et 2023 et des postes coloriés (2) depuis 2021. Le nombre de postes ne suffit pas à compenser les départs à la retraite et les effectifs de la section ne cessent donc de diminuer. Ainsi, en 20 ans, la section a perdu au moins 62 chercheurs et chercheuses (285 CR et DR en 2002 contre 218 actifs fin 2022). À la fin de l’année 2023, au moins 7 collègues auront fait valoir leur droit à la retraite. La section 32 connaît donc un déficit de recrutement d’au moins deux postes pour l’année 2023, qui s’ajoute aux déficits cumulés des années antérieures. Néanmoins, l’InSHS a accordé cette année un poste supplémentaire ouvert par voie contractuelle sur la thématique « Monnaies et économie dans l’Occident islamique médiéval » et affecté à l’IRAMAT (UMR 7065). Les candidatures sur ce profil ont été examinées par la section au cours de la session de printemps et le poste a été pourvu au cours de l’été.

Depuis 2018, tout(e)s les candidat(e)s classé(e)s admissibles par la section 32 au-dessus de la barre déterminée par le nombre de postes octroyés par le CNRS ont été recruté(e)s lors de la phase d’admission. Sur un total de 39 postes de CRCN pourvus en section 32 (8 en 2018, 7 en 2019, 7 en 2020, 6 en 2021, 5 en 2022, 6 en 2023 [en tenant compte du recrutement handicap]), 20 femmes et 19 hommes ont été recrutés. Les 39 personnes lauréates ont été affectées par l’InSHS, en accord avec leurs souhaits, dans 23 unités. Les 4 unités les plus représentées sont : ARSCAN (6), Orient & Méditerranée (5), IRHT (3) et HISOMA (3).

On constate une baisse tendancielle du nombre de candidats au concours depuis 2018. 133 candidat(e)s ont été admises à concourir en 2023 contre 190 en 2017, 189 en 2018, 151 en 2019, 146 en 2020,143 en 2021 et un rebond à 169 en 2022. La pression du concours pour la section 32 avant présélection reste toutefois forte à 1/26,6 en 2023 contre 1/33,8 en 2022.

Données sur le concours CRCN 2023

Admis(e)s à concourir

Être admis(e) à concourir signifie que la personne candidate remplit les conditions pour concourir (titulaire d’une thèse de doctorat en France ou équivalent à l’étranger) et que son dossier comporte toutes les pièces demandées. Il est alors transmis au jury d’admissibilité pour évaluation.

Les 133 admis à concourir en 2023 présentaient le profil suivant :

• Primo-candidature en section 32 : 34,6 % (rappel 2022 : 43,2 %)

• Âge moyen : 37,5 ans (rappel 2022 : 37,5 ans) ; âge médian : 36 ans [28 – 61] (rappel 2022 : 37 ans [28 – 60]).

• Parité : 68 femmes / 65 hommes (rappel 2022 : 86 femmes / 83 hommes).

• 108 candidats (81 %) ont été formés (doctorat) en France. Les laboratoires de formation se répartissent de la manière suivante en fonction des auditionnés et non-auditionnés :

• 25 (19 %) ont été formés dans des institutions académiques situées à l’étranger selon la répartition par pays suivante :

• Médiane du nombre d’années après la thèse : 5 ans (rappel 2022 : 5 ans). Les personnes candidates ayant soutenu leur thèse depuis 7 ans ou moins représentent 81,2 % (rappel 2022 : 73,4%). Le nombre de candidat(e)s par nombre d’années depuis la soutenance, en fonction des auditionnés et des non-auditionnés, se répartit de la manière suivante :

• Périodes couvertes par les projets : 40 % se concentrent sur le Moyen Âge ; 33 % sur l’Antiquité ou l’Antiquité tardive.

Rq. : pour le graphique ci-dessous, l’âge du Bronze rassemble des projets qui se concentrent sur le 3e et/ou le 2e millénaire en Égypte, dans le Monde égéen, dans l’Orient ancien et plus généralement en Asie. L’âge du Fer marque le début de la Protohistoire en Occident, qui se retrouve intégrée au périmètre de la section 32. Les projets en diachronie intègrent au moins deux de ces périodes et peuvent dépasser les bornes chronologiques de la section.

• Les vœux d’affectation des candidat(e)s (en moyenne de 1 à 2) portent sur 58 laboratoires différents (46 laboratoires pour le 1er vœu). Plus de 27 % des 1er vœux se concentrent sur 4 laboratoires (11 pour UMR 7041 ARSCAN, 9 pour UPR 841 IRHT et UMR 8167 Orient & Méditerranée, 7 pour UMR 5648 CIHAM). Près de 70 % des premiers vœux se concentrent sur 18 laboratoires (en plus des laboratoires ci-dessus : 5 pour UMR 8589 LAMOP, UMR 7302 CESCM, UMR 5189 HISOMA, UMR 5140 ASM ; 4 pour UMR 8546 AOROC, UMR 7299 CCJ, UMR 5608 TRACES, UMR 5133 Archéorient ; 3 pour UMR 8584 LEM, UMR 8210 ANHIMA, UMR 8155 CRCAO, UMR 7219 SPHERE, UMR 7065 IRAMAT, UAR 3155 IRAA). Les vœux d’affectation des candidat(e)s n’influencent en rien les résultats de la phase d’admissibilité du concours. L’affectation incombe à l’InSHS, une fois que le jury d’admission a publié les résultats définitifs du concours. La section souligne qu’il n’est pas nécessaire de multiplier les vœux : un vœu principal est souhaité ; deux vœux d’affectation sont possibles. Une lettre d’accueil du ou des laboratoires souhaités, sans argumentation scientifique, est nécessaire.

Candidat(e)s admis(es) à poursuivre et auditionné(e)s

• 61 personnes auditionnées, soit 46 % des candidatures admises à concourir (rappel 2022 : 40%).

• Pression après présélection : 1/12,2 (rappel 2022 : 1/13,6).

• Nombre de candidatures antérieures : près de 30 % de primo-candidature ; près de 50 % de seconde ou troisième candidature ; près de 10 % de quatrième candidature.

• Âge médian : 35 ans [27-47] (rappel 2022 : 36 ans [28-46])

• Parité : 33 femmes / 28 hommes (rappel 2022 : 33 femmes / 35 hommes)

• Nombre médian d’années après la thèse : 5 (rappel 2022 : 4 ans).

Candidat(e)s admissibles et classé(e)s

Les auditions se sont déroulées sur 6 jours, du 27 au 30 mars puis le 3 avril 2023. Toutes ont été réalisées en présence sur le campus d’Issy-les-Moulineaux de la Faculté de Droit – Université Catholique de Lille ou au siège du CNRS (Paris, Michel-Ange). Lors de l’audition, les candidat(e)s disposaient de 15 minutes pour présenter leurs travaux et leur projet ; tou(te)s se sont aidé(e)s d’une présentation de type Powerpoint. Cette présentation était suivie d’un échange de 10 minutes avec le jury. Les délibérations ont eu lieu du 4 au 6 avril 2023 sur le site Michel-Ange du CNRS à Paris. Le classement établi par le jury d’admissibilité a été communiqué le 6 avril 2023 sur le site de la C3N (https://c3n-cn.fr/). Quelques jours après, il a été publié sans classement selon le mérite mais par ordre alphabétique sur le site des concours du CNRS. Le classement était le suivant :

  • Coline Lefrancq – Admissible classée 1
  • Joëlle Rolland – Admissible classée 2
  • Maël Crépy – Admissible classé 3 (coloriage « Les sociétés antiques et médiévales face aux variations climatiques et aux changements environnementaux »)
  • Georges Mouamar – Admissible classé 4
  • Claire Boisseau – Admissible classée 5 (coloriage « Images et cultures visuelles dans l’Europe médiévale »)

————————————————————————

  • Nicolas Minvielle Larousse – Admissible classé 6
  • Félix Relats Montserrat – Admissible classé 7
  • Viola Allegranzi – Admissible classée 8

Les données concernant les candidat(e)s admissibles sont les suivantes :

• 4 femmes / 4 hommes

• Âge médian : 35 ans [27-40]

• Nombre médian d’années après la thèse : 5 ans [0-7]

• Nombre médian de candidatures : 2 [0-5]

Lauréat(e)s du concours 2023

Les 5 personnes classées au-dessus de la barre par le jury d’admissibilité ont été admises par le jury d’admission. Il s’est réuni le 23 juin 2023 et il a classé C. Boisseau, M. Crépy, C. Lefrancq, G. Mouamar et J. Rolland 1ers ex-aequo sur la liste principale. Il a classé N. Minvielle Larousse 1er, F. Relats Montserrat 2e et V. Allegranzi 3e sur la liste complémentaire.

Les 5 classés 1ers ont accepté le poste proposé. Les laboratoires d’affectation désignés par l’InSHS sont respectivement : UMR 8150 (Centre André-Chastel, Paris) pour Cl. Boisseau ; UMR 5189 (HiSoMA, Lyon) pour M. Crépy ; UMR 7041 (ArScAn, Nanterre) pour C. Lefrancq ; UMR 5133 (Archéorient, Lyon) pour G. Mouamar ; UMR 8215 (Trajectoires, Paris) pour J. Rolland.

Le recrutement par voie contractuelle sur le thème « Monnaies et économie dans l’Occident islamique médiéval » était fléché par l’InSHS sur le laboratoire UMR 7065 (IRAMAT, Orléans) : S. Gasc a été recruté.

Les 5 lauréats du concours 2023 présentent les profils suivants :

• 3 femmes / 2 hommes

• Âge médian : 35 ans [27-40]

• Nombre médian d’années après la thèse : 5 ans [0-7]

• Nombre médian de candidatures : 1,5 [0-5]

• Disciplines : archéologie (C. Lefrancq, G. Mouamar, J. Rolland) ; géoarchéologie (M. Crépy) ; histoire de l’art (C. Boisseau) 

• Périodes chronologiques des projets présentés : 1 âge du Bronze ; 1 âge du Fer ; 2 Moyen Âge ; 1 diachronie.

• Aires géographiques : 2 Europe occidentale ; 1 Afrique du Nord ; 1 Proche-Orient ; 1 Asie du Sud

Bilan du concours DR 2023

Pour la section 32, 6 postes étaient ouverts au concours DR. Aucun coloriage ou fléchage n’était défini par l’InSHS. Les membres de la section 32 ont décidé collectivement de ne pas auditionner les personnes candidates au concours DR. La sélection et le classement des admissibles se sont faits sur dossiers les 6 et 7 avril 2023.

Profil des candidat(e)s

En 2023, 18 personnes étaient candidates : 8 femmes et 10 hommes.

  • Médiane d’âge : 50 ans [44-59 ans] (rappel 2022 : 49 ans) ; 52 ans pour les femmes et 49 ans pour les hommes
  • Médiane du nombre d’années après la thèse : 20 ans (rappel 2022 : 18 ans).
  • Médiane du nombre d’années entre la thèse et l’HDR : 15,7 ans (rappel 2022 : 15,5 ans).
  • Moyenne du nombre d’années depuis la soutenance d’HDR : 3,6 ans [1-18 ans] (rappel 2022 : 3 ans). 9 personnes candidates n’avaient pas encore soutenu leur HDR à la date du dépôt des dossiers de candidature et ne sont donc pas comptabilisées ici.

Personnes admissibles

Elles sont au nombre de 9, dont 2 hommes et 4 femmes sur liste principale et 2 femmes et 1 homme sur liste complémentaire. Les 6 personnes classées sur la liste principale par le jury d’admissibilité ont été admises par le jury d’admission.

  • Âge moyen des personnes admissibles : 52 ans (rappel 2022 : 49 ans)
  • Moyenne du nombre d’années depuis la soutenance d’HDR des personnes admissibles : 2,4 ans (rappel 2022 : 1,8 ans)
  • Les personnes candidates ont soutenu leur HDR entre 2005 et 2023 et les admissibles ont soutenu leur HDR entre 2017 et 2023.

Les personnes admissibles, en plus de présenter le niveau de production scientifique attendu, ont montré leur aptitude à la direction et à la coordination de recherches, attestant ainsi le rôle structurant qu’elles peuvent jouer dans la communauté scientifique nationale et internationale.

Classement du jury d’admissibilité

  • Nadine Schibille Admissible classée 1
  • Marie Bouhaïk-Gironès Admissible classée 2
  • Emmanuelle Vila Admissible classée 3
  • Daniel Istria Admissible classé 4
  • Christelle Jullien Admissible classée 5
  • Frédéric Épaud Admissible classé 6
    ———————————————————————
  • Fabienne Olmer Admissible classée 7
  • Zoï Tsirtsoni Admissible classée 8
  • Thomas Faucher Admissible classé 9

Le jury d’admissiondu concours DR2 (5 juillet 2023), a classé M. Bouhaïk-Gironès, F. Épaud, D. Istria, C. Jullien, N. Schibille et E. Vila 1ers ex-æquo sur la liste principale ; sur la liste complémentaire F. Olmer 1re et T. Faucher 2e.

Recommandations pour la constitution du dossier de candidature aux concours

La section rappelle que les candidat(e)s aux concours CR doivent transmettre l’ensemble des pièces demandées sur le site dédié du CNRS et, pour la rédaction des documents demandés, se conformer aux recommandations suivantes disponibles sur le site internet du CoNRS : https://www.cnrs.fr/comitenational/evaluation/criteresdevaluation/PDF/32_criteres_2018.pdf.

Les personnes candidates sont fortement encouragées à faire part à la section de toutes les informations qu’elles jugent utiles pour une meilleure évaluation de leur parcours et de leur activité (arrêt temporaire pour maladie, congés parentalité, situation de handicap etc.).

Pour rappel, le concours 2024 sera ouvert avec environ un mois de retard par rapport à 2023 (ouverture du concours début janvier 2024).

– Concours CRCN

Les éventuelles lettres de recommandation ne sont pas prises en compte dans l’évaluation des dossiers. En revanche, une lettre d’accueil du laboratoire d’affectation souhaité est nécessaire.

Rapport des travaux

La personne candidate doit faire une présentation explicite des travaux antérieurs et des principaux résultats, de leur singularité, de leur originalité et de leur portée dans le paysage de la recherche nationale et internationale (10-15 pages recommandées). Ce document est parfois insuffisamment préparé : les résultats des travaux antérieurs sont indispensables pour évaluer l’aptitude du ou de la candidate à la recherche, ainsi que la portée des résultats obtenus. Le document présentant les travaux antérieurs ne peut se résumer à un simple CV, même s’il est détaillé. Le document doit permettre de reconstituer l’ensemble du parcours de formation et de la trajectoire scientifique du ou de la candidate, de comprendre les éventuelles inflexions thématiques ou méthodologiques, d’identifier les corpus ou terrains et de saisir la portée des résultats. La qualité scientifique des dossiers est jugée en prenant en compte l’ensemble des travaux de recherches universitaires, en particulier la thèse et les expériences postdoctorales. La publication régulière des résultats obtenus dans ces différents cadres est observée avec attention ainsi que la capacité des personnes candidates à construire, à intégrer ou à animer des collectifs de recherche nationaux ou internationaux. En cas de candidatures consécutives, le document doit être actualisé d’une année sur l’autre afin de permettre à la section d’identifier clairement les évolutions du parcours et des résultats. Le jury prend en compte le nombre d’années après la thèse pour évaluer les publications et les expériences professionnelles dans les métiers de la recherche.

Projet de recherche

Il doit être structuré et entièrement rédigé (20-25 pages recommandées). Les terrains ou les corpus mobilisés dans le cadre du projet doivent être clairement identifiés et leur accessibilité présentée. Le projet doit s’inscrire dans la durée et non pas se limiter à quelques années, comme peut l’être un projet de postdoctorat ou de type ANR et ERC. La personne candidate doit être capable de présenter ses objectifs de recherche à court, moyen et plus long terme. Plus largement, elle doit s’appuyer sur des projets à mettre en œuvre sur le court terme pour ensuite détailler leur développements et réorientations possibles sur l’ensemble de sa carrière. Le projet doit comprendre une bibliographie indicative. La personne candidate doit être capable de positionner clairement sa recherche dans un contexte global national et international (positionnement relatif à l’historiographie et aux résultats récemment obtenus par la communauté scientifique), et doit présenter les collaborations en cours et envisagées. Il n’est pas suffisant d’affirmer qu’un projet est original et novateur et il convient d’expliquer en quoi les résultats antérieurs et le projet sont et seront une plus-value pour le CNRS par rapport à l’existant. Les projets sont considérés en prenant en compte la structuration des thématiques de recherche, la capacité à formuler clairement des problématiques historiques, leur adéquation aux attentes et aux priorités disciplinaires variées et la capacité des personnes candidates à les développer durant leur carrière au CNRS. Dans la perspective d’une future intégration à un laboratoire, l’attention est aussi portée sur la capacité du candidat à s’agréger à des équipes, à participer à des programmes collectifs et à les animer. Pour les postes coloriés, les personnes candidates sont également jugées en fonction de leur adéquation avec le profil défini.

Liste des publications 

Elle doit être organisée suivant la nature des publications. Cette hiérarchisation peut se faire à la convenance des candidat(e)s. La section conseille toutefois une partition entre monographies, éditions d’ouvrages collectifs, articles dans des revues (avec et sans comité de lecture), chapitres d’ouvrages, actes de colloques, comptes rendus d’ouvrages, publications auprès du grand public. Les productions indiquées « sous presse », « soumise » ou « à paraître » ne sont prises en compte que si elles sont accompagnées d’une attestation de l’éditeur ou du lien vers leur prépublication en ligne.

– Concours DR

Comme pour le concours CRCN, il est recommandé d’apporter le plus grand soin à la rédaction et à la constitution des dossiers au concours DR. La section a constaté que certains dossiers soumis ont été constitués et rédigés de manière visiblement trop hâtive. Le CV doit être parfaitement organisé et lisible, le rapport sur les travaux et le projet de recherche doivent être rédigés et bien structurés, pour permettre le travail d’évaluation.

Compte rendu de la session de Printemps 2023 de la Section 32, «Mondes anciens et médiévaux» du CoNRS

Établi par Marie Cronier, secrétaire scientifique

La section s’est réunie du jeudi 15 juin au vendredi 16 juin 2023, en salle Fernand-Braudel (Paris, Michel-Ange).

Membres présents : Alain BADIE, Emmanuèle CAIRE, Éric COIGNARD, Marie CRONIER, Sylvain DHENNIN, Aurore DIDIER, Sébastien GONDET, Alessia GUARDASOLE, Marc HEIJMANS, Marlène HELIAS-BARON, Frédéric HURLET, Frédérique LACHAUD, Sandrine LAVAUD, Sandra LIPPERT, Nicolas POIRIER, Airton POLLINI, Vanessa PY-SARAGAGLIA, Carole ROCHE-HAWLEY, Florian TÉREYGEOL et Cécile VOYER.

Rappel des résultats du jury d’admissibilité des concours chercheurs 2023

Les auditions du concours CRCN se sont déroulées du 27 mars au 3 avril 2023. Le jury d’admissibilité a siégé et délibéré du 4 au 7 avril 2023.

Directeurs et directrices de recherche 2e classe (6 postes) :

Nadine Schibille Admissible classée 1

  • Marie Bouhaïk-Gironès Admissible classée 2
  • Emmanuelle Vila Admissible classée 3
  • Daniel Istria Admissible classé 4
  • Christelle Jullien Admissible classée 5
  • Frédéric Épaud Admissible classé 6
    ———————————————————————
  • Fabienne Olmer Admissible classée 7
  • Zoï Tsirtsoni Admissible classée 8
  • Thomas Faucher Admissible classé 9

[N.B. : Le jury d’admission du concours DR2, qui s’est réuni le 4 juillet 2023, a classé M. Bouhaïk-Gironès, F. Épaud, D. Istria, C. Jullien, N. Schibille et E. Vila 1ers ex-æquo sur la liste principale ; sur la liste complémentaire F. Olmer 1re et T. Faucher 2e.]

Chargés et chargées de recherche de classe normale (5 postes dont 2 coloriages : « Les sociétés antiques et médiévales face aux variations climatiques et aux changements environnementaux » et « Images et cultures visuelles dans l’Europe médiévale ») :

  • Coline Lefrancq Admissible classée 1
  • Joëlle Rolland Admissible classée 2
  • Maël Crépy Admissible classé 3 (« Les sociétés antiques et médiévales face aux variations climatiques et aux changements environnementaux »)
  • Georges Mouamar Admissible classé 4
  • Claire Boisseau Admissible classée 5 (« Images et cultures visuelles dans l’Europe médiévale »)
    ————————————————————————
  • Nicolas Minvielle Larousse Admissible classé 6
  • Félix Relats Montserrat Admissible classé 7
  • Viola Allegranzi Admissible classée 8

[N.B. : Le jury d’admission du concours CRCN, qui s’est réuni le 23 juin 2023, a classé C. Boisseau, M. Crépy, C. Lefrancq, G. Mouamar et J. Rolland 1ers ex-aequo sur la liste principale ; N. Minvielle Larousse 1er, F. Relats Montserrat 2e et V. Allegranzi 3e sur la liste complémentaire.
Les laboratoires d’affectation des lauréats sont les suivants :
C. Boisseau : UMR 8150 (Centre André-Chastel, Paris) ; M. Crépy : UMR 5189 (HiSoMA, Lyon) ; C. Lefrancq : UMR 7041 (ArScAn, Nanterre) ; G. Mouamar : UMR 5133 (Archéorient, Lyon) ; J. Rolland : UMR 8215 (Trajectoires, Paris).]

Entretien avec Marie Gaille

Le 16 juin, à 9h, la section a reçu la visite de Marie Gaille, directrice de l’InSHS. (Stéphane Bourdin, DAS, absent, en mission sur un chantier de fouilles).

Lors de l’entretien, ont été abordés les points suivants :

Loi sur les retraites

Frédéric Hurlet. La section exprime son inquiétude quant à d’éventuels effets de cette loi sur les futurs recrutements.


Marie Gaille. Pour l’heure, il n’y a pas d’information disponible. Un travail est en cours au niveau du CNRS pour essayer d’en évaluer l’impact, qui ne sera pas forcément le même selon le comportement des différentes catégories de personnel. Ce point figurera au coeur des échanges entre le CNRS et Bercy à l’automne prochain.

Délégations

Le processus est désormais terminé pour 2023. Nous avons reçu il y a quelques jours un tableau global avec tous les résultats des demandes de délégation, que je vous enverrai. De façon générale, nous avons à nouveau bénéficié en SHS d’un appui du Ministère, qui a accordé un volet de 80 délégations supplémentaires. Néanmoins, le taux de succès général est moindre cette année (environ 60 %) que l’an dernier (environ 80 %). En SHS, 476 demandes ont été déposées. Certains collègues ont déposé cette demande en tant que DU. Il est tout à fait légitime que les DU demandent une délégation du fait de leur charge ; le CNRS ne peut pas contraindre les universités à accorder des décharges pour les personnels des universités. Ainsi, le CNRS réserve un certain nombre de délégations pour les enseignants-chercheurs qui sont DU. Nous avons aussi un volant de possibilités pour les collègues candidatant à des affectations à l’étranger, mais cela dépend du nombre de primes d’expatriation dont chaque institut dispose, qui est très limité et entraîne des choix drastiques. Il est possible que le nombre de primes d’expatriation augmente à l’avenir.


Chaires de professeur junior


En 2022, l’InSHS disposait de 3 propositions validées par le ministère : 1. Science ouverte et SHS (10 candidatures, recrutement : Simon Dumas Primbault, affecté à Open Edition) ; 2. Intelligence artificielle (23 candidatures ; recrutement : Pedro Ramaciotti Morales, mathématicien et politiste, affecté à l’ISC-PIF) ; 3. Habitabilité de la Terre (environ 20 candidatures, recrutement : Nastassja Martin, anthropologue, affectée à l’ISJPS). Ils ont pris leur fonction entre février et mai 2023. Nous devons apporter un suivi particulier à ces collègues, afin de nous assurer qu’en fin de contrat ils auront le niveau pour se présenter au niveau DR. Le processus de titularisation n’est pas encore défini. Antoine Petit a invité les sections à y prendre part.
Sur la vague actuelle (2023), la CPCN a constitué un tableau qui met en parallèle pour chaque chaire, sur les 3 dernières années, les sélections par les sections des candidats qui se présentaient aussi au concours CRCN, et les éventuels classements obtenus ; ce document met en garde sur le hiatus qui existerait entre les processus de sélection de ces CPJ et ceux des sections du CoNRS. Nous avons eu une discussion un peu vive à ce sujet avec les membres de la section 38. Le jury de la chaire Habitabilité de la Terre était surpris que la personne retenue n’ait pas été auditionnée pour le concours CRCN ; je regrette qu’aucun membre de la section 38 n’ait accepté de nous éclairer : l’invitation avait été lancée aux sections pour qu’elles participent aux jurys.
Quoi qu’il en soit, il est beaucoup trop tôt pour parler de divergences ou d’écarts majeurs entre les évaluations des CPJ et celles des sections. Pour la vague 4, je réitère mon invitation à proposer un membre de votre section pour le jury et à discuter des profils en amont. Pour la vague 3 (actuelle), le CNRS a reçu un cadrage du MESR en juillet 2022. Il a déposé 33 propositions en février 2023 (25 pour les instituts et 8 inter-instituts). En SHS, nous avions proposé 2 chaires inter-instituts (avec les mathématiques et l’écologie/environnement). Pour les chaires internes à l’InSHS, nous avons des stratégies pluriannuelles, qui nous ont conduits à proposer 5 grands axes : 1. Santé (l’une de nos priorités thématiques) ; 2. Habitabilité de la terre (une autre de nos priorités) ; 3. Langage, cognition, éducation ; 4. Culture, art, patrimoine (domaine qui concerne la section 32) ; 5. Actions et politiques publiques. Nous proposons donc cette année (2023) 3 chaires propres aux SHS : 1. Inégalités éducatives. 2. Actions et politiques publiques. 3. Arts visuels et expression graphique. Pour cette dernière, qui vous concerne, Stéphane Bourdin pensait en particulier aux arts rupestres : nous avons reçu 38 candidatures, dont 2 archéologues, et un certain nombre d’historiens de l’art, mais seulement pour la Renaissance et l’Époque moderne : cela fait donc très peu de candidatures sur les domaines relevant de la section 32. Les oraux étant encore en cours, il est trop tôt pour dresser un bilan. De mon côté, j’exprime une satisfaction modérée sur le calendrier de travail et de nouveau, le refus des sections de participer au processus. Seule la section 34 a accepté de s’investir dans le processus. Nous n’avons pas eu le temps de faire une discussion avec les DU, ce qui aurait été souhaitable, et je réfléchis à un moyen de le faire à l’avenir. Si nous avons de nouveau 3 supports de CPJ l’an prochain, nous nous estimerons heureux.


Alain Badie. Pouvez-vous nous en dire plus sur la titularisation des lauréats des CPJ, à l’issue de leur contrat ?


Marie Gaille. Je n’ai aucun élément. Le cadrage est en cours de définition.


Frédéric Hurlet. Il y a une grande inquiétude de notre part sur la titularisation. La Section est opposée aux CPJ, mais, pour la titularisation, elle souhaite être partie intégrante du processus pour éviter que ne soient créées deux voies différentes d’accès au statut de DR. Se pose en particulier la question de l’HDR, qui serait demandée aux CR et non aux candidats des CPJ.


Marie Gaille. Antoine Petit vous a invités à participer à ce processus de titularisation. L’idée que les Instituts doivent avoir un suivi des collègues pendant 4 ans est précisément liée au fait que les personnes recrutées doivent préparer leur HDR. Nous allons nous assurer que leur dossier progresse de manière satisfaisante. Les personnes recrutées correspondent à d’anciens profils CR1, peu ou prou. Certaines sections m’ont demandé si l’HDR est nécessaire pour être promu DR, en évoquant le problème du plafond de verre qui affecte la carrière des femmes : ce n’est pas à moi d’y répondre. En tout cas, avoir une HDR n’est pas un critère de droit. À mon sens, le travail des sections consiste à définir les critères sur lesquels elles opèrent les sélections.


Frédéric Hurlet. Nous pensions que dans le jury d’admission des concours DR2, un candidat qui n’a pas d’HDR ne passera pas le stade du jury d’admission et nous nous fondons jusqu’à présent sur ce principe. Si ça n’est pas le cas, il faut communiquer clairement sur ce point.


Sébastien Gondet. Il est étonnant, quand on cherche sur le site du CNRS, de ne pas trouver d’informations sur les résultats des recrutements CPJ, la composition du jury etc. : pourrait-on imaginer un peu de transparence ?


Marie Gaille. Pour l’InSHS, les fiches de postes sont disponibles sur le site. La DRH a publié les arrêtés de décision de la composition des jurys, en tout cas pour les chaires de l’an dernier (pour cette année je ne sais pas). Ce n’est pas un concours, mais un contrat et cela relève donc d’une autre catégorie que les postes ouverts au concours chercheurs. Antoine Petit ne souhaite pas une communication générale.


Sandra Lippert. Les candidats à la titularisation seront traités comme les autres. Ils seront donc aussi évalués comme les autres. Il faut que les RH s’en rendent compte.


Marie Gaille. La DRH n’élabore pas une critériologie scientifique. Le processus de titularisation se décidera sur la table d’Antoine Petit. Ne vous inquiétez pas inutilement.


Frédéric Hurlet. La section n’a pas participé au processus de sélection, ni cette année ni l’an passé. Nous sommes contre le principe des CPJ. Cependant, pour les profils de cette année, nous n’avons pas eu de discussion avec vous. Il y a eu en particulier une CPJ sur « culture, arts visuels, arts graphiques », alors que la section avait un coloriage « arts visuels époque médiévale » : on voudrait avoir un mot à dire sur le processus en amont.


Marie Gaille. Nous avons dû mal nous comprendre. L’an passé, je vous ai réitéré mon invitation à participer au processus et aussi à discuter sur les profils, mais j’ai reçu un refus de la part des sections. Si vous changez d’avis, j’en serais ravie. En ce cas, il faut avoir cette discussion très tôt, dès fin août-septembre, quand vous commencerez à discuter des coloriages avec Stéphane Bourdin. Nous vous ferons part de nos idées et nous recevrons volontiers votre éclairage.


Frédéric Hurlet. Pour la définition des coloriages, la section a été très bien associée par Stéphane Bourdin ; en revanche, quand nous avons découvert l’intitulé de la CPJ, nous avons eu un sentiment un peu bizarre car les deux profils se chevauchaient.

Assises scientifiques de l’archéologie et sciences de l’Antiquité, 6-7 juin 2023

Marie Gaille. Je veux bien que vous m’en disiez un peu plus à ce sujet. Nous allons organiser des prospectives de façon systématique.


Frédéric Hurlet. Aurore Didier et moi y avons assisté et participé. La question se pose de savoir quelle est la place du CNRS notamment dans la programmation nationale de l’archéologie. On a l’impression que d’un point de vue institutionnel, le CNRS n’est pas assez présent.


Florian Téreygeol. Dans le cadre de la programmation prioritaire de la recherche, l’archéologie n’apparaît pas. Aux assises de l’archéologie, qui se sont tenues dans le cadre de la nouvelle programmation du CNRA, l’InSHS n’était pas représenté. Quel rôle ont eu les laboratoires de notre périmètre dans la programmation ? Y a-t-il eu des concertations ? Si oui, à quel niveau ?


Marie Gaille. Merci de ces éléments. Je ne suis pas en mesure de vous répondre de façon étayée. Je vais me tourner vers Stéphane Bourdin. Je ne sais pas où vous avez trouvé que l’archéologie n’est pas mentionnée : il y a une erreur dans ce document. L’archéologie est explicitement une priorité disciplinaire que l’InSHS a reconduite l’an dernier. Cela se traduit de façons diverses dans la politique de moyens financiers qu’on accorde aux unités et dans le nombre de postes au concours. Au moment du calcul du budget des unités, on tient compte de l’importance des missions (pour tous ceux qui font du terrain, donc en bonne part les archéologues). Pour les crédits exceptionnels, tous les ans le DAS a une liste d’appareils à acheter : j’ai proposé à Stéphane Bourdin de lui réserver une enveloppe systématique assez conséquente, pour qu’il travaille avec les DU des laboratoires d’archéologie et qu’ils aient ensemble une concertation pour l’achat de matériel. Ce qui va à l’archéologie ne va pas aux autres postes.
Pour le nombre de postes au concours (je sais que vous n’êtes pas contents), dans la proposition de répartition que je fais, il y a toujours un petit primat pour nos priorités disciplinaires (archéologie, anthropologie) modulo d’autres paramètres (ce qui n’est pas une incitation à ne recruter que des archéologues). Sur le plan général, l’archéologie nous occupe beaucoup et j’en suis d’autant plus désolée qu’il n’y ait eu personne de chez nous présent à ces Assises. Je vais en parler à Stéphane Bourdin [NB : Stéphane Bourdin a apporté les précisions suivantes dans un message du 20 août 2023 : « L’InSHS est bien représenté (notamment au CNRA) dans la programmation nationale. Pour les Assises, je ne pouvais y être moi-même, puisque j’étais en fouille à ce moment-là, mais les UMR étaient associées à la réflexion, notamment par une communication de Réjane Roure (préparée collectivement avec les DU des unités d’archéologie, InSHS et INEE) sur la place de l’archéologie dans les laboratoires CNRS. C’est donc Réjane Roure qui nous représentait, à titre principal. »].


Sébastien Gondet. Nous faisons aussi référence à votre éditorial de la lettre de l’InSHS pour le PIA4, dans lequel on ne voyait pas vraiment apparaître le temps long.


Marie Gaille. Pour cela, il y a une explication très malheureuse ou très simple. Notre proposition n’a pas été sélectionnée et on nous a expliqué que la France avait déjà assez fait pour le patrimoine et qu’il fallait chercher des financements européens. Nous répondons donc à des appels à projets européens dans ce sens.


Florian Téreygeol. Quelle est la position de l’Institut sur la plateforme E-RIHS (https://www.e-rihs.eu/) et son modèle économique qui est en train de se mettre en place ? On nous a demandé de faire des propositions d’accès (on doit fournir l’outil et le matériel, mais ça ne sera pas rémunéré).


Marie Gaille. La position du CNRS (INC, INEE et InSHS principalement) est la suivante : nous nous sommes engagés à cotiser à cette infrastructure et les équipes françaises sont pourvoyeuses de compétences et de services. Nous avons une discussion sur l’intérêt scientifique qu’il y a à s’investir dans cette infrastructure. Néanmoins nous le faisons, et résolument, à un niveau européen. Il y a une politique européenne de la recherche, mais nous nous rendons compte que les équipes françaises sont en position de fournir compétences et services plutôt que d’en bénéficier.

Prospectives

Quand je suis arrivée à l’InSHS (il y a bientôt deux ans), j’ai trouvé des communautés de recherche que j’ai qualifiées de mélancoliques lors de la première journée des DU de l’an dernier. J’ai ressenti le besoin d’avoir une forme de projection dans l’avenir de façon collective. Nous cherchons des formats de travail avec la volonté d’imaginer ensemble ce qu’on pourrait vouloir en termes de dispositifs et de formats à inventer. Nous avons intérêt à être forces de propositions. Les SHS sont considérées comme des sciences à part, mais il faut inverser cette tendance.
Pour Antoine Petit, tous les instituts doivent faire des prospectives. Cependant, la communauté de l’InSHS est énorme : on doit trouver des formules intelligentes en inventant des méthodes. J’ai besoin de retours et j’aimerais que vous soyez partie prenante de la chose et exprimant ce qui est important pour vous. Il faut qu’on identifie les sujets qu’on a à traiter. C’est le moment de mettre sur la table des choses que vous auriez envie de promouvoir comme questions à traiter dans les deux ans à venir. Je suis très ouverte sur les formats atelier-restitution-texte. Si vous avez des choses à faire valoir ou à porter, le 26 septembre peut être le moment pour le faire.


Frédéric Hurlet. Justement, nous commençons à élaborer le rapport de conjoncture. C’est le début, tout se met en place. Je serai présent le 26 septembre. Quel sera le format ?


Marie Gaille. Il y a trois moments dans l’après-midi : il y aura un moment de discussion sur les méthodes. Il y a déjà 2 groupes constitués, l’un sur le Travail, l’autre Océanie-Pacifique.


Frédéric Hurlet. Pour les prospectives, comment comptez-vous mettre en avant la thématique des sciences de l’Antiquité ?


Marie Gaille. Dans le document qu’on a mis en ligne sur nos priorisations, nous avons formulé des éléments sur les sciences de l’Antiquité. Je serais heureuse d’avoir votre retour. Par exemple, j’entends beaucoup parler de Nouvelle philologie. Cela peut donner lieu à des coloriages. Votre regard est très précieux : il ne faut pas sous-estimer votre apport. Cela n’existe nulle part ailleurs en France.

Mission Gillet

Vanessa Py-Saragaglia. Vous avez évoqué la mission Gillet sur l’évolution des écosystèmes.


Marie Gaille. C’est pour vous faire part d’une inquiétude. J’ai été auditionnée par Philippe Gillet. Il était directeur adjoint scientifique à l’INSU. Il a été chargé par Sylvie Retailleau de réfléchir à l’écosystème et de proposer des missions sur la répartition des rôles et des moyens (elles sont disponibles). Il y a un enjeu particulier pour les SHS : le rapport préconise la suppression de toutes les alliances à l’exception de l’Alliance Athéna ; la question de la programmation de la recherche se trouve posée de façon très directe par cette mission le rapport pose la question du rôle des ONR dans cette programmation. Il y a des tensions autour des rôles joués par les universités et l’InSHS : d’un côté France Universités porte un discours très offensif ; c’est également le cas d’UDICE, qui n’est pas toujours en convergence avec France Universités. Il y a un projet d’appel à projets SHS pour lesquels les universités pourront candidater, mais non les organismes de recherche. Le contexte est complexe. Nous perdons beaucoup de temps à nous répartir les moyens et les prérogatives au lieu d’unir nos forces.

HCÉRES

Frédéric Hurlet. Nous devons rendre des avis de pertinence pour les renouvellements d’associations des laboratoires. Cette année nous avons travaillé dans de mauvaises conditions. Nous avons boycotté les visites en distanciel, ce qui fait que nous n’avons participé qu’à une visite (la seule en présentiel). Nous avons alerté la communauté sur le fait que nos avis de pertinence ne seront pas éclairés par des visites sur site et ont été faits dans de mauvaises conditions. Nous ne souhaitons pas ne pas rendre d’avis, car cela bloquerait le processus, ce qui n’est pas dans l’intérêt des laboratoires. Nous avons rédigé un préambule aux avis de pertinence expliquant les conditions dans lesquelles nous avons travaillé. L’an passé pour la vague C, 11% des unités ont été visitées pour les SHS. Cette année, en vague D, ce sera 30-40% : c’est mieux, mais beaucoup d’unités ne seront pas visitées (par exemple Orient et Méditerranée, l’une de nos grandes unités, qui est encore en discussion).


Marie Gaille. Malheureusement je partage votre avis. Si vous faites ce paragraphe explicatif et rendez un avis a minima, je le comprendrai.


Alessia Guardasole. En tant que future directrice d’Orient et Méditerranée, je peux dire nous nous sentons totalement abandonnés. Pierre Tallet a longuement discuté avec Stéphane Bourdin sur la nécessité d’appuyer notre demande de visite sur place mais il n’y a rien à faire.


Marie Gaille. Comme vous le savez, le HCÉRES est indépendant. Nous avons fait des recommandations (au CNRS, nous sommes tous très favorables aux visites) : c’est un choix qui leur incombe. C’est extrêmement insatisfaisant à tous égards. Je ne peux vous exprimer que ma désolation. Nos remontées ont été vaines.


Alessia Guardasole. Pour les évaluations des chercheurs de la vague D : les chercheurs concernés ont reçu un courrier en décembre leur indiquant le report des évaluations individuelles quinquennales. Pourriez-vous nous communiquer la date à laquelle les rapports devront finalement être remis ?


Marie Gaille. Nous n’avons pas l’information. Le SGCN non plus ? Il faudrait leur demander.


Frédéric Hurlet. A priori ce serait en janvier 2024 mais ce n’est pas encore certain.

RIPEC-C3

Frédéric Hurlet. Hier, nous avons examiné les demandes de RIPEC-C3 des collègues. Globalement, le retour est assez positif. Nous faisons le travail aussi bien que possible et nous vous communiquerons notre classement. Une remarque un peu intéressée, mais pas de ma part, puisque je suis universitaire : les collègues de la Section font un gros travail, en supplément. J’ai trouvé qu’il y avait une disproportion dans le taux de réussite entre les collègues de la voie « normale » et les collègues des sections, pour lesquels la sélection est beaucoup plus forte. Il n’y a en effet qu’une possibilité de RIPEC-C3 par section. C’était trop peu par rapport au taux de pression général.


Marie Gaille. C’est vrai que je trouvais le nombre très peu généreux l’an dernier (une par section). Je vais faire remonter cette remarque, vous avez raison, d’autant plus que cette année il y aura un peu plus de primes normalement [Marie Gaille a apporté les précisions suivantes dans un message du 21 août 2023 : « En réalité, et après m’être renseignée sur ce point, le nombre de primes pour les collègues dont le dossier est évalué alors qu’ils siègent en section est fonction du taux de pression, comme pour le « pot commun »].


Airton Pollini. Et d’autant plus que dans notre section il y a une grande majorité de chercheurs CNRS en raison de la forte proportion des CR et des DR dans la liste des sept membres nommés (six sur sept).

Activités de la Section

Titularisation des CRCN stagiaires

  • Avis favorable : Pauline GUÉNA (UMR 7303, TELEMME).

Éméritat des directrices et directeurs de recherche (1re demande)

  • Avis très favorables : Michel BONIFAY (UMR 7299, CCJ) et Judith Kogel (UPR 841, IRHT).

Éméritat des directrices et directeurs de recherche (renouvellement)

  • Avis très favorable : Annie GASSE (UMR 5140, ASM).
  • Avis favorables : Marie-Christine BAILLY-MAÎTRE (UMR 7298, LA3M), Christie Osmund BOPEARACHCHI (UMR 8546, AOROC), Bertille LYONNET (UMR 7192, PROCLAC), Claire MAÎTRE (UPR 841, IRHT) et Éric RIETH (UMR 8589, LAMOP).

Changement de section

Avis favorable pour le passage de Luc GABOLDE (CFEETK, UAR 3172) en section 31.

Changements de direction d’unité

Avis très favorables à la nomination de :

Laetitia CICCOLINI en qualité de directrice adjointe du LEM (UMR 8584) ;

  • Boris VANNIÈRE en qualité de directeur et Vincent BOURDEAU en qualité de directeur adjoint de la MSH-E (UAR 3124) ;
  • Daniel BALOUP en qualité de directeur et Natacha LAURENT en qualité de directrice adjointe de FRAMESPA (UMR 5136) ;
  • Anne FLAMMIN en qualité de directrice adjointe de la MOM (FR 3747) ;
  • Ghislaine GLASSON DESCHAUMES en qualité de directrice, Sébastien SCHUH en qualité de directeur adjoint et Alexandra LEGRAND-PINEAU en qualité de directrice adjointe de la MSH-Mondes (UAR 3225) ;
  • Madalina DANA en qualité de directrice, ainsi que Richard BOUCHON et Jean-Baptiste YON en qualité de directeurs adjoints d’HISOMA (UMR 5189) ;
  • Marie-Angélique LANGUILLE en qualité de directrice adjointe du CRC (UAR 3224) ;
  • Thomas FAUCHER en qualité de directeur du CEALEX (UAR 3134) ;
  • Anne BAUD en qualité de directrice adjointe d’ARAR (UMR 5138).

Avis de pertinence sur un renouvellement d’association au CNRS

Avis très favorables : UAR 3124 (MSH-E), UAR 3125 (MMSH), UAR 3132 (CRFJ), UAR 3135 (IFPO), UAR 3155 (IRAA), UAR 3516 (MSH-Dijon), UMR 6249 (CE), UMR 6298 (ARTEHIS), UMR 7044 (ARCHIMEDE), UMR 7065 (IRAMAT), UMR 7264 (CEPAM), UMR 7297 (TDMAM), UMR 7298 (LA3M), UMR 7299 (CCJ) et UMR 7324 (CITERES).
Pas d’avis : UAR 3137 (CFEE), l’expertise du laboratoire ayant été reportée à la vague D.

Autres activités

La section a examiné les demandes de RIPEC-C3 pour 2023.
Par ailleurs, elle a également procédé à l’examen des candidatures au recrutement des chercheuses et chercheurs en situation de handicap par voie contractuelle (auditions, délibérations, proposition de sélection). Au terme de cette procédure, Sébastien GASC a été recruté sur la thématique «Monnaies et économie dans l’Occident islamique médiéval » et affecté à l’Institut de recherche sur les Archéomatériaux (UMR 7065, IRAMAT, Orléans) avec une prise de fonctions au 1er octobre 2023.

Concours chercheurs 2023 – Candidates et candidats admis à être auditionnés – CRCN, 32/2

Les résultats sont consultables sur le site de la Coordination des responsables des instances du comité national (C3N).

Ces résultats sont donnés à titre informatif et n’engagent pas la responsabilité du Comité national de la recherche scientifique ni du CNRS. Se reporter au site officiel des concours chercheurs du CNRS.

Compte rendu de la session d’Automne 2022 de la Section 32, «Mondes anciens et médiévaux» du CoNRS

Établi par M. Cronier, secrétaire scientifique

La section s’est réunie du lundi 28 au mercredi 30 novembre 2022, en salle Pierre Auger du Comité national.

Membres présents : Alain Badie, Emmanuèle Caire, Amélie Chekroun, Éric Coignard, Marie Cronier, Sylvain Dhennin (à distance), Aurore Didier, Sébastien Gondet, Alessia Guardasole, Marc Heijmans, Marlène Helias-Baron, Frédéric Hurlet, Frédérique Lachaud, Sandrine Lavaud, Sandra Lippert, Nicolas Poirier, Airton Pollini (à distance pour une partie de la session), Vanessa Py-Saragaglia, Carole Roche-Hawley, Florian Téreygeol, Cécile Voyer.

Continuer la lecture

Compte rendu de la session de printemps 2022 de la Section 32, «Mondes anciens et médiévaux» du CoNRS

Établi par Marie Cronier, secrétaire scientifique

La section s’est réunie du lundi 27 juin au mardi 28 juin 2022, en salle Frédéric Joliot (Paris, Michel-Ange) et à distance.

Membres présents : Alain Badie, Emmanuèle Caire, Amélie Chekroun, Éric Coignard, Marie Cronier, Sylvain Dhennin, Aurore Didier, Sébastien Gondet, Alessia Guardasole, Marc Heijmans, Marlène Helias-Baron, Frédéric Hurlet, Frédérique Lachaud (à distance), Sandrine Lavaud, Sandra Lippert, Nicolas Poirier, Airton Pollini, Vanessa Py-Saragaglia, Carole Roche-Hawley, Florian Téreygeol, Cécile Voyer (à distance).

Continuer la lecture

Compte rendu de la session d’Automne 2021 de la Section 32 du CoNRS

 

Établi par M. Cronier, secrétaire scientifique

La section s’est réunie du lundi 29 novembre au mercredi 1er décembre 2021, en salle Alfred Kastler du Comité national.

Membres présents : Alain Badie, Emmanuèle Caire, Amélie Chekroun, Éric Coignard, Marie Cronier, Sylvain Dhennin, Aurore Didier, Sébastien Gondet, Alessia Guardasole, Marc Heijmans, Marlène Hélias-Baron, Frédéric Hurlet, Frédérique Lachaud, Sandrine Lavaud, Sandra Lippert, Nicolas Poirier, Airton Pollini, Vanessa Py-Saragaglia, Carole Roche-Hawley, Florian Téreygeol.

Continuer la lecture

Annales du concours CNRS 2022 – Section 32 “Mondes anciens et médiévaux” du CoNRS

L’objectif de ces annales est d’informer les personnes candidates et les unités de recherche sur les résultats des concours CR et DR 2022 de la section 32 du CoNRS, permettant une auto-évaluation pour un meilleur positionnement de futures candidatures ainsi qu’une compréhension des critères d’évaluation de la section lors de la présélection au cours de la phase de jury d’admissibilité sur dossier, puis durant la phase de jury d’admissibilité sur audition, le tout dans la limite de ce qu’il est légalement possible de diffuser en termes d’information.

Continuer la lecture